[REVIEW] La navette spatiale #8480

Vos avis et impressions sur les sets.
Avatar de l’utilisateur
pierrepaul
Level 5
Level 5
 
Messages: 158

Messagepar pierrepaul » Ven Jan 21, 2022 11:23 pm

Bonjour à tous, ce sera donc ma première review (technic)

En fait quand lorsque j’ai commencé à l’écrire, déjà d’autres personnes ont fait un superbe travail d’analyse du modèle, je vais donc essayer de vous proposer quelque chose de légèrement different.
Image
Image
Image
Image

date de sortie : 1996
nombre de pièces : 1366
niveau de difficulté : 5/5
note du modèle principal : 5/5
note du modèle secondaire : 5/5
prix PDSF : 158 dollars

Design :

Comme la majorité des lego technic du siècle dernier, son design est composé de pièces « studs » nous pouvons noter la présence des nouvelles pièces « studeless » qui sont encore discrètes notamment au niveau des trappes de la soute, ou des panneaux solaires du satellite
Avec le 8479, 8485, 8880, 8868, il s’agit de la dernière génération de set « studs »; à partir de 1999 la gamme « studless » fera son apparition avec la 8448.


Les critères d’exigences en matière de design étant différents d’aujourd’hui, le set sera analysé en fonction des modèles déjà sortie à la même époque.

Au premier regards, ce modèle est très imposant en taille et bien plus détaillé que la génération précédente (8862, 8865)
l’absence de logo indique qu’il ne s’agit pas d’un modèle à licence, elle pourrait donc s’inspirer des navettes américaines, ou soviétiques, mais je pense qu’elle est plus proche de l’américaine.
Cette navette est à mon goût très belle .
Image
Image
Image
Dans les grandes lignes les proportions sont corrects, le nez est composé de charnières pour réaliser les formes arrondies, mais il y a une sorte de gros vide sur les cotés, des moteurs de guidages (rcs) auraient comblé ce vide en utilisant des Black Plate, Round par exemples pour rester dans l’esprit d’un lego technic.
Image
Le cockpit est simple, le moteur principal y est dissimulé, un tableau de bord réalisé à l’aide de stickers et deux sièges pour y glisser deux minifigurines, ce qui peux expliquer pourquoi les hublots sont aussi grands, malheureusement beaucoup trop, c’est dommage. Les minifig ne sont pas non plus à l’échelle, la navette est beaucoup plus grande en réalité.
Image
j’aurai aussi espéré avoir un hublot sur le toit ce qui était tout à fait envisageable avec des plaques lisses noir.
Image

La queue est proprement réalisé, le fait qu’il n’y ai pas de gouvernail même factice n’est pas gênant car c’est en harmonie avec les ailes qui sont fidèles aux vrai navettes et contribuent à son coté imposant, bien qu’une commande du gouvernail aurait été interessante, même sans mécanisme.
Les ailerons sont un peu gros mais contrairement au cockpit ce n’est pas choquant,
la forme des ailes sont fidèles aux vrais navettes, par contre elles sont assez assez fragiles car montées à l’aide charnières. Pour les curieux ces ailes ne sont pas utiles dans l’espace, elles ne servent que pour le retour sur terre. :oo

Image

Le bloc moteur est pour moi la partie la mieux réalisé, elle est splendide ! nous avons les 3 moteurs principaux (qui ne servent plus après le décollage), deux moteurs OMS qui permettent à la navette de se placer en orbite mais aussi pour le guidage avant la rentrée atmosphérique, ET contrairement au nez, les moteurs RCS ici sont ici présents. yess !
Le module lumineux est bien visible, mais suffisamment discret pour ne pas faire sapin de noël une fois allumé.

La soute est cloisonné par deux belles trappes « studless » dans le même esprit que la benne du futur camion 8479.
leurs coté un peu dépouillées pourrait peut-être gâcher à certains la surprise en révélant le contenu de la cargaison, je trouve que ça permet de rester en harmonie avec les ailes et contraster avec la cabine et le bloc moteur bien plus détaillées.
Image
La boite de vitesse est placé derrière le cockpit, de la même manière que sur une vrai navette, les commandes de la soute étaient contrôlés depuis l’arrière du poste de pilôtage. L’espace entre les deux trappes permet d’y glisser ses doigts pour actionner la boite sans trop de soucis.

la soute contient un bras mécanique, réalisé à l’aide de simple pièces « stud », à son extrémité, le satellite fixé avec un simple clip. Simple et efficace, Sur une vrai navette, le bras est normalement beaucoup plus étroit et est rangé sur le coté pour prendre moins de place, en lego c’est excusable car le mécanisme prend beaucoup de place.
Image

Enfin le satellite, lorsque le bras est déployé, il reste parfaitement en équilibre sans basculer.
Il est très mignon, le choix de la couleur jaune imite bien les protections thermiques.
ça conception est simple quelques briques pour le corps, et des pièces studless pour les panneaux solaires, d’ailleurs c’est les éléments qui m’ont le plus déçu, j’aurai préféré deux plates noir avec des plaques lisses pour contraster avec le jaune mais bon tant pis on peux pas tout avoir. :ouch:

le boitier à pile ainsi que les commandes sont soigneusement dissimulées devant les réacteurs, tout en servant d’élément de carénage c’est bien vu de la part des designers.
pour retirer rien de plus simple, il suffit de débrancher la prise, retirer la commande moteur principale, deux slope blanche, puis de le faire coulisser.



fonctions:

Je tourne pas autour du pot, ça complexité est impressionnante, même encore aujourd’hui, car avec ses 65 pièces dentés ce qui en faisait le set le plus mécanisé en 1996 (un poil plus que le 8880) d’ailleurs ce record ne sera battu qu’en 2009 avec le camion grue 8258, soit 13 ans plus tard !

Commençons par les fonctions manuels,
Nous avons en premier la commande des ailerons, un levier jaune entraine une série d’engrenage jusqu’à 3 12T synchronisé pour faire basculer les deux ailerons dans deux directions opposés.
Une fonction ludique mais au débattement exagéré.
Image


Nous avons ensuite le déploiement du train d’atterrissage:
Un deuxième levier jaune entraine une série d’engrenage conique entrainent une sorte d’essieu pour faire basculer les roues arrières.
Image
Image
le train avant est plus complexe, un système de tringlerie utilise l’effet du bras de levier pour le déployer, ce mécanisme est lui même relié au système de blocage du train qui utilise une suspension. C’est assez original et fonctionne très bien. Aujourd’hui nous utilisons plutôt des mini-vérins ou une vis sans fin pour alléger la mécanique.
Image
Image
Notez qu’à cause des grandes roues, le train ne rentre pas en entier.


Rentrons maintenant dans le vif du sujet avec les fonctions motorisées.

Pour contrôler les moteurs, deux inverseurs sont ici utilisés, deux élastiques permettent d’automatiquement d’éteindre les moteurs à la manière d’un bouton poussoir, astucieux quant on sait que ces anciens inverseurs sont laborieux dès fois à remettre à zero sans accidentellement actionner la commande inverse, surtout quant ils sont usagés.
Image
Image

le nombre de fonctions motorisé s’élèvent à 5, du jamais vu en 96.
4 fonctions à l’aide d’un moteur 74569 qui entraine une boite de vitesse, et une fonction indépendantes piloté à l’aide d’un micro moteur.

Avant d’entrainer la boite, la vitesse du moteur est réduite à l’aide d’un jeu de poulie qui aura aussi pour rôle de débrayer en cas de bloquage du mécanisme, je rappelle que les clutch ne sortiront que l’année suivante et franchement cette sécurité fonctionne très bien, toutefois avec le temps les élastiques peuvent se détendre et sortir des poulies.
Image
L’arrivé du driving ring inauguré avec la 8880 en 1994 est à nouveau réutilisé sur ce modèle, le 8480 est le premier set officiel à utiliser une boite de vitesse motorisé, ce qui multiplie le nombre de fonctions à l’aide d’un seul moteur.

-La 1ère fonction est le séquençage du module lumineux à fibre optique, lorsque la commande du moteur principale est enclenché, le module va s’allumer.
Ensuite en basculant le changeover catch, une cascade de pignons et roues folles de 16 t entrainent un long arbre de transmission jusqu’à une autre poulie chargé de faire tourner le séquenceur.
Image
Bien que l’effet soit peu visible de jour, dans l’obscurité ça rend vraiment bien, cependant il a l’inconvénient de s’allumer lorsque l’on ne le désir pas l’utiliser. En effet le modules étant commandé par le même inverseur que le moteur principal, il s’allumera, pour toutes les autres fonctions, mais sans le séquençage, ce qui n’allumera qu’une fibre optique sur les 8.
Les réacteurs ne fonctionnent pas pendant le largage du satellite sur une vrai navette.

-La deuxième fonction est l’ouverture de la soute :
Le couple est transmis de la boite de vitesse à une poulie (qui doit empêcher les blocages en fin de course), puis à une vis sans fin et enfin à deux couronnes dentées de 24t qui font basculer les trappes qui sont synchronisées.
L’animation est géniale et est ma préféré, comme il y a un peu de jeu aux niveau des deux couronnes de 24t et il peut arriver qu’une dent saute et désynchronise les trappes, bon ce n’est pas très grave.
l’élastique de la poulie peut lui aussi sauter avec le temps, j’aurai plutôt vu un mécanisme denté, mais c’est surement pour ne pas faire craquer la mécanique en fin de course.
Image
Image
-La troisième fonction est le levage du bras :
une cascade de pignon entraine une série d’engrenage conique puis une vis sans fin pour lever le bras par effet levier. Aujourd’hui ce genre de mécanisme n’est plus vraiment utilisé, le dernier gros set équipé de ce système de levage c'est le 8285.
Dans la réalité le bras est polyarticulé mais comme l’objectif de ce modèle c’est un mécanisme 100% motorisé je trouve que le bras remplit parfaitement son rôle et en plus le mécanisme fonctionne très bien.
Image

la 4ème fonction est la rotation de la tourelle
pareil ici rien à dire c’est fluide, la rotation du bras est de 140° environ dans les deux sens
c’est plutôt simple ici, la boite entraine une vis sans fin chargé de faire tourner la tourelle
Image


La 5ème fonction est le déploiement du satellite
Le micro-moteur est minuscule mais étonnamment coupleux, il entraine une poulie jusqu’à une vis sans fin qui entraîne une paire de pignons qui maintiennent les panneaux solaires.
Notez qu’ils ne se déploient pas entièrement et c’est pas un mal car on peux tourner la tourelle sans que cela touche la queue de la navette.
C'est la fonction la plus lente. Le déploiement complet des panneaux solaires prend environ 10-15 secondes mais c’est tout à fait acceptable.
le mécanisme dispose d’un système de sécurité anti-blocage au niveau de la poulie du moteur, en cas de blocage, le joint en plastique débraye.
Image
Image
Image
Image
Pour plus de détails, vous trouvez sur ce lien un rendu 3d réalisé par blackbird de la navette avec un descriptif détaillé de tous ses mécanismes.
http://www.technicopedia.com/8480.html



conclusion :

Ce set peu commun était à sa sortie un véritable OVNI (jeu de mot), d’une complexité toujours impressionnante aujourd’hui un bon paquet d’engrenage, de l’électrique, des jeux de lumière, de quoi Mocer dans un style rétro. C’est aussi le seul gros set technic sur le thème spatiale à ce jour
le montage est plaisant et pas aussi compliqué que le 8479 même si quelques incohérences dans la notice vous donneront du fil à retordre.
Si sa fragilité peut entacher sa jouabilité, elle se rattrape avec sa quantité de fonction très variées pour l’époque, les animations sont superbes et permettent de réaliser une vrai mission spatiale, par contre pour jouer à l’avion faut être soigneux, les pièces empilés sous la navette ne demandent qu’une chose, ce carapater.
C’est un incontournable de la gamme technic et une pièce historique qui va mettre en place les fondamentaux de ce que sera la futur génération de set motorisé.
si vous arrivez à trouver un exemplaire foncez les set en bon état ce font de plus en plus rares !

IMPORTANT.

Avis aux propriétaires d’anciens set motorisé, et surtout de couleurs blanche ou grise, quelques précautions sont à prendre :

-Si vous souhaitez exposer votre modèle sur une étagère, assurez vous qu’il soit protégé de la lumière du soleil. Dans des cas extreme l’ABS devient cassant en cas d’exposition prolongé.

-Si le plastique à commencé à jaunir, tout n’est pas perdu, il existe une solution que j’expérimenterai un jour, c’est le « Retr0bright ». Pour l’instant j’utilise un nettoyant de phare pour les pièces peu abimées.
en fait la meilleure solution pour garder ses set en bon état, c’est les conserver dans une boite fermé entreposé dans un endroit aéré, frais et sec sans grosses variations de température (l’idéal serait dans un musée lol ).
Pour plus d’informations sur le vieillissement des plastiques, cliquez ici :
https://www.canada.ca/fr/institut-conse ... tique.html

-Quant au câbles électriques, il ne faut pas se faire d’illusion, le vieillissement du plastique est un processus naturels irréversible, tôt ou tard les pièces vielleront et devront être réparées ou remplacées. Une génération de câbles 5306 avec un fil plat semble souffrir de vieillissement prématuré.

- Enfin je terminerai cet review par un témoignage. Mon micro-moteur 2986 est tombé en panne, j’ai donc décidé de la démonter pour le réparer (avec succès), En effet le rotor peut se bloquer après plusieurs années d’utilisations. Cela est due à un « défaut de conception » le rotor finit par prendre pas mal de jeu, ainsi la bobine en rotation peut se retrouver en contact avec le stator composé d’un aimant permanent, sous l’effet de la friction due au vernis abrasif et de la force centrifuge, l’aimant se désagrège en soulevant des poussières métalliques qui finissent par encrasser le moteur et le bloquer.
Pour le réparer, il faut démonter le boitier et extraire à l’aide d’un puissant aimant (néodyme) la limaille sans abimer la bobine très fragile. c’est une opération très délicate. :nunu:
En me renseignant sur pas mal de forum, cette panne est assez courante.

Cela ne sert à rien de blâmer Lego, mettre un mécanisme de réduction, et un moteur aussi coupleux dans un si petit boitier, est un prouesse technologique, même si cela rend l’ensemble fragile. :)
Je conseille aux utilisateurs de ne pas bloquer son mécanisme en cours d’utilisation et de l’utiliser sur de petits montage ne nécessitant pas beaucoup de couple.

Après ça reste des jouets ne l’oublions pas.

Zebulon
Level 6
Level 6
 
Messages: 345
Âge: 48 ans

Messagepar Zebulon » Sam Jan 22, 2022 12:55 am

Merci pour cette belle review détaillée. Ce modèle m'était passé à 36000 km au dessus de la tête car en 1996 je ne pouvais pas être dans un âge plus dark. :)

Je rajoute une chose, concernant la boîte : qu'est ce que les boîtes de cette époque étaient top classe ! 8)

Maintenant Lego, à de rares exceptions près, nous sert des sacs en vrac dans des boites qui pourraient aussi bien emballer des céréales du petit dèj... :fume:

Avatar de l’utilisateur
Anio
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 19081
Localisation: Lyon
Âge: 35 ans
revieweurmoceurstarwarsexpertambassadeur

Messagepar Anio » Sam Jan 22, 2022 1:30 am

Très jolie review. Je partage entièrement ton avis sur ce set.
J'ajoute que c'est le souvenir le plus épique que j'ai eu étant gamin. Je me revois encore à côté du sapin avec la boîte MISB entre les mains. Extraordinaire.

pierrepaul a écrit:Nous avons ensuite le déploiement du train d’atterrissage:
Un deuxième levier jaune entraine une série d’engrenage conique entrainent une sorte d’essieu pour faire basculer les roues arrières.

le train avant est plus complexe, un système de tringlerie utilise l’effet du bras de levier pour le déployer, ce mécanisme est lui même relié au système de blocage du train qui utilise une suspension. C’est assez original et fonctionne très bien. Aujourd’hui nous utilisons plutôt des mini-vérins ou une vis sans fin pour alléger la mécanique.

Il me semble que le mécanisme est plus complexe que ce que tu décris.
De mémoire, on bascule le petit levier jaune, ce qui commence à faire sortir le train arrière et le train avant. Et ensuite, c'est le ressort qui prend le relais après avoir passé le point de rebroussement. Cela fait complètement sortir l'essieu avant, et la force générée par le ressort remonte aussi par le mécanisme par lequel la rotation initiale est venue, et ce afin de complètement sortir les trains arrière. C'est donc un fonctionnement en 2 temps, où la rotation du mécanisme a en quelque sorte 2 composantes (le levier avec la main, puis le ressort qui achève la cinématique en remontant jusqu'à la source).

Et s'agissant des élastiques, ils avaient tendance à patiner avec le temps (et avec la poussière).
Personnellement, j'avais rapidement viré les élastique pour installer des 8t et 24t. Cela fonctionnait bien mieux sans présenter le moindre risque si on faisait un minimum attention.
Think outside the box.

Tout plein de liens utiles dans mon profil ! :P

Avatar de l’utilisateur
waldorf
Level 7
Level 7
 
Messages: 586
Localisation: St-tropeeeeeeeeez
Âge: 45 ans
collectionneurvainqueurconcours4

Messagepar waldorf » Sam Jan 22, 2022 1:50 pm

Wow super !!

Vous ne me croirez pas, mais juste avant de découvrir ce topic , je pensais a transmettre a QQ du fofo mes dossiers photos d'ouvertures de set MISB avec l'inventaire pièce par pièces, sachet par sachet de tout le contenu de la boite. Quel dommage, tu aurais pu t'en servir pour ta review. Je voulais faire de review "delamortquitue' , mais pas eu la motivation. J'ai pleins de modèles, dont 8880, le mieux serais que un membre passes ou il faut que je m'y mettes et tout mettre sur DVD.

Photo hébergée sur cheval annonce casamimage me soûle :

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
pierrepaul
Level 5
Level 5
 
Messages: 158

Messagepar pierrepaul » Sam Jan 22, 2022 7:52 pm

Merci à tous pour vos retours, j'imagine bien la réaction de ceux qui l'on reçu sous le sapin en 96 .
Anio a écrit:
le train avant est plus complexe


Oui effectivement, c'est peut-être même la plus complexe du set, au point de ne pas avoir trouvé les mots pour l'analyser, d'ailleurs j'invite les curieux à ce rendre sur la page de blackbird (lien ci dessus) pour mieux comprendre.

Et voilà le modèle 3d du train complet
http://www.technicopedia.com/8480/8480cgear.png


Zebulon a écrit:
Je rajoute une chose, concernant la boîte : qu'est ce que les boîtes de cette époque étaient top classe ! 8)


....Et étaient bien plus solides qu'aujourd'hui, bon après les racks en plastiques c'est pas un mal que ça ai disparu parce que question écologie hein ? :non:
Après j'aime beaucoup la boite de la Lamborghini Sian et du titanic.


waldorf a écrit:Vous ne me croirez pas, mais juste avant de découvrir ce topic , je pensais a transmettre a QQ du fofo mes dossiers photos d'ouvertures de set MISB


Je préfère avoir la mienne sinon j'aurai risquée un anévrisme en bavant sur tes photos :lolroule: .

MisterBrique
Level 7
Level 7
 
Messages: 550

Messagepar MisterBrique » Mar Jan 25, 2022 1:04 pm

La navette faisait partie des modèles qui me faisaient rêver étant petit... Peut-être qu'un jour je l'achèterai. Quand j'aurais de la place.
Heureux possesseur du rare #8082, de 3 #8880, 2 #8865, 1 #8860 et 2 #8868.

Avatar de l’utilisateur
pierrepaul
Level 5
Level 5
 
Messages: 158

Messagepar pierrepaul » Dim Fév 20, 2022 10:13 pm

MisterBrique a écrit:La navette faisait partie des modèles qui me faisaient rêver étant petit... Peut-être qu'un jour je l'achèterai. Quand j'aurais de la place.


je l'ai payé 110 euros (il manquait la notice, un micro moteur et quelques pièces ) + 50 euros pour les pièces de rechanges, le fil électrique, les produits pour restaurer les plastiques donc 160 au total, je ne pense pas le brader celui ci contrairement à mes autres sets c'est un modèle en excellent état

il manque juste les autocollants.


Retourner vers Discussions sur les modèles

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité