• facebook techlug.fr
  • flux rss
  • changer de langue en
  • changer de langue de
  • changer de langue es
  • changer de langue it

Imperial Star Destroyer #10030

Imperial Star Destroyer #10030
  • Référence : #10030
  • Nom du modèle : Imperial Star Destroyer
  • Nombre de pièces : 3104
  • Année : 2002
  • Dimensions : 98 x 59 x 43 (taille réelle : 1600 mètres)
  • Designer : Søren Dyrhøj
  • Niveau de difficulté : 4/5
  • Note du modèle principal : 4/5

L’Imperial Star Destroyer (ISD ou Star Destroyer de classe Imperial) est le symbole de la toute-puissance militaire de l’Empire. Il doit instaurer peur et soumission chez l’ennemi, à l’instar de l’Empereur. Pour concevoir ce croiseur et remplacer les vieillissants Star Destroyer de classe Victory (qui n’apparaissent dans aucun des films ! ;-)) et Venator, l’Empire a sollicité les meilleurs ingénieurs de toute la galaxie, notamment Lira Wessex. Dessiné avec des formes très proches de celles de ses ainés, L’ISD est aussi un véritable concentré de technologies. Il sera produit à 25000 exemplaires.

Sa puissance de feu dévastatrice peut éradiquer pratiquement toute forme d’opposition. Sur les flancs supérieurs, l’ISD est pourvu de 8 tourelles lourdes : 6 à turbolasers et 2 à canons ioniques. Ces tourelles de 50 mètres sont notamment là pour vaincre les boucliers et champs déflecteurs des vaisseaux adverses. Par ailleurs, 60 turbolasers Taim & Bak XX-9 et 60 canons à ions Borstel NK-7 beaucoup plus petits sont répartis sur toute la coque afin de neutraliser ou endommager des vaisseaux plus petits et rapides. Dix rayons tracteurs Phylon-Q7 permettent d’attirer les vaisseaux ennemis dans le hangar principal. Enfin, sachez que l’équipement à bord du croiseur est impressionnant : on dénombre 72 appareils TIE, 20 AT-AT, 30 AT-ST, plusieurs navettes Lambda et Gamma, 9700 Stromtroopers, 275 artilleurs et pas moins de 41000 membres d’équipages et officiers !

Ce monstre de 1600 mètres de long possède 2 dômes Om-Thaim qui générent un bouclier de protection. Et forcément, ces dômes sont le point faible d’un ISD : une fois détruits, le croiseur devient vulnérable (à la fin de l’Episode VI par exemple). La coque du vaisseau est faite dans un alliage très résistant utilisant de l’alucier renforcé avec du titanium.

Le propulsion du Star Destroyer de classe Imperial est assurée par 3 réacteurs de marque Kuat (vitesse maximale : 800 km/h) et l'hyperdrive est de classe 2. En cas de panne, 4 réacteurs de secours Cygnus Gemon-4 prennent le relais. Leur alimentation se fait par un générateur délivrant une quantité d’énergie semblable à celle d’une étoile de petite taille. L’ISD peut se déplacer seulement dans l’espace (contrairement à ses prédécesseurs). En effet, voler dans l’atmosphère d’une planète nécessiterait un nombre incalculable de répulseurs (dispositifs de sustentation et de propulsion), étant donné le poids titanesque du vaisseau.

L’Imperial Star Destroyer est visible à plusieurs reprises lors de la Trilogie (Episodes IV, V et VI). Mais le set en présence retrace plus particulièrement la première scène de l’Episode IV : Un nouvel espoir. En effet, notre ISD est accompagné du Rebel Blockade Runner (RBR). Dans le film, le Devastator de Dark Vador va détruire le réacteur central du RBR, ce qui va l’immobiliser. Ce dernier va ensuite être attiré dans le hangar principal au moyen de rayons tracteurs.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Retour en haut de page

Ce set offre une très belle expérience de montage. Selon votre niveau, vous en aurez pour 10 à 15 heures ! Les situations sont variées : un peu de briques, beaucoup de plates, et énormément de greebs. Au final, on se retrouve avec un imposant vaisseau d’un mètre composé de 10 modules : la structure, 4 ailes, les moteurs, la tour en 2 parties, le mini Tantive IV et le présentoir.

Tout commence par le montage de la "charpente" du vaisseau. Après avoir assemblé des poutres, on ajoute les greebs latéraux en SNOT. Ils sont composés d’un motif qui est répété la bagatelle de... 16 fois ! Une fois cette structure obtenue, on voit un joli "x2" qui concerne 25 pages ! En effet, il faut construire à nouveau l’ensemble, pour ensuite superposer les 2. En conséquence, vous ne faites donc pas les greebs 16 fois, mais bel et bien 32 fois ! Cette répétitivité dans le montage s’avère un peu frustrante, il faut le reconnaître. Mais l’envie de reprendre la construction est trop forte : les dimensions de la structure nous laissent imaginer la taille finale du vaisseau. On se dit que le set va être gros, très gros !

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Les 2 triangles sont assemblés en SNOT. C’est un choix bien curieux : tout le vaisseau perd en rigidité et se fragilise... Pour ma part, j’ai revu ce montage et fixé l’ensemble de façon classique avec les 2 structures dans le même sens, sans SNOT (tout ce qu’il faut savoir est ici). Vient ensuite la fixation des 2 pieds. Ces derniers sont plutôt bien conçus pour 2 raisons. Premièrement, ils sont proches l’un de l’autre, ce qui rend le set facile à exposer. En effet, une surface de 16 cm par 25 suffit, une bonne partie du vaisseau pouvant rester au dessus du vide. Et deuxièmement, malgré le fait que les pieds soient rapprochés et plutôt vers l’arrière, le vaisseau est stable et bien horizontal (l’avant ne pique pas du nez par exemple). Pour finir le corps de l’ISD, on place les réacteurs en SNOT, sur le même principe que les greebs latéraux.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

On s’attaque désormais à ce qui va révéler le croiseur : le fuselage, d’abord celui du dessous, et après celui du dessus. La construction de ces très grands éléments est assez inhabituelle, une erreur est vite arrivée. De plus, le rebord qui fait la liaison avec l’arrière est tout à fait original : il est maintenu avec cette pièce semblable à une charnière, et l’angle est défini grâce à une slope inversée. Chacun des 4 pans est fixé au niveau des greebs des côtés, également avec une charnière. Puis, ces grandes plaques sont rabattues vers le centre pour être maintenues par des aimants. Le recours à cette pièce est bien peu conventionnel, mais semble inéluctable dans le sens où la construction sort complètement des sentiers battus (angles inhabituels). Il est donc impossible de faire correspondre les tenons de la structure avec ceux du carénage. Des aimants permettent donc de rattraper le coup. Mais ce bricolage se révèle être bien fragile... Sur la partie supérieure, ça ne pose pas de problème puisque les 2 panneaux reposent sur la structure. En revanche, les aimants peinent à maintenir les panneaux inférieurs. Sous le poids, il arrive qu’ils se décrochent... Cette technique sera reprise sur le Venator Star Destroyer #ST04 avec plus de succès.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

La tour est décomposée en 2 parties : la base et la passerelle. Ce découpage est extrèmement bien pensé puisqu’il permet de démonter le modèle en 3 morceaux dans le cas où l’on le voudrait déplacer. Les 3 parties ne sont pas attachées les unes aux autres : la passerelle est posée sur la base, elle-même posée sur le corps du vaisseau. Ce montage simple tient bien, à moins de retourner l’ISD, forcément...

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Les côtés de la base de la tour sont inclinés selon le même angle que les plates du corps. La technique utilisée est astucieuse. Les côtés sont en fait accrochés a la structure de la base par des pins. Ils permettent aux côtés de pendre, et donc d’épouser les formes du vaisseau. Les greebs sont fixés en SNOT avec des demi pins.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

La passerelle de commandement ressemble à un losange. Pour reproduire cette forme, des connecteurs #3 sont utilisés en haut et en bas. Les surfaces verticales de la passerrelle sont seulement maintenues avec la face avant. Par conséquent, cet ensemble flotte pas mal... Derrière, une grande plaque oblique avec des greebs habille la tour. Elle est fixée avec des "clic-clacs" (1 et 2).

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

On termine le montage de cet énorme set avec le mini Rebel Blockade Runner et le présentoir. Après ce que l'on vient de faire, la tâche est relativement aisée... ;-)

Retour en haut de page

De par ses formes très géométriques, le design de ce croiseur est relativement basique (ce n’est pas un reproche). Sur le corps de l’ISD, on a que des plates et des tiles. Ces pièces, avec ou sans tenons, apportent un relief bien suffisant. Etant donnée l’échelle du modèle, les tenons font presque penser à tous les petits recoins du vaisseau original. Car ce dernier est loin d’avoir de grandes surfaces planes.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Vers l’arrière, on a les tourelles. Joliment reproduites (notamment avec l’utilisation détournée de jumelles), mais elles peuvent malheureusement s’entrechoquer, les mini turntables n'étant espacées que de 2 tenons chacune. Sur chaque côté, une alcôve accueille une tourelle également. Vers l’avant, on retrouve le décrochement dans le fuselage. Malgré que les greebs latéraux soient extrèmement répétitifs (rappelez vous : "x32" !), visuellement, ça passe comme une lettre à la Poste ! Si on ne le sait pas, on ne voit pas que c’est le même motif qui est répété. Tout devant, le nez est un peu vide : les poutres de la structure ne peuvent pas aller dans un endroit aussi exigu. Tant pis.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Sur la face inférieure de L’ISD, il y a le hangar principal. Lorsque l’on regarde le hangar de face, il a bien une forme rectangulaire. Pour cela, il faut feinter pour avoir un découpage non rectangulaire (avec cette plaque et son homologue) qui, lorsqu’il sera incliné, va visuellement devenir un rectangle. Sur les rebords du hangar, il aurait été sympa d’avoir quelques briques pour le dessiner un peu mieux l’entrée. Là, on a juste les plaques du fuselage... Par ailleurs, sur le vrai vaisseau, le générateur principal ressort un peu sur le dessous du croiseur, avec une forme arrondie. Sur notre #10030, on n’a rien du tout.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Derrière, les réacteurs sont de toute beauté. On a l’impression qu’ils carburent à plein régime ! Ils utilisent plusieurs grandes pièces telles que ces pneus utilisés dans le thème Space et ces disques bleus translucides. Les réacteurs de secours étonnent : ils sont faits avec des têtes de minifigs (!), des tonneaux et des petites barques. Les surfaces obliques rendent vraiment bien. Il était loin d’être évident de reproduire des faces inclinées de la sorte. Sur les côtés, des radiateurs et des antennes décorent un peu l’ensemble.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

La base de la tour est détaillé grâce à la présence massive de greeb (crémaillères, cônes, etc...). La partie basse de la tour fait le lien avec les étages supérieurs avec des slopes, ce qui permet de former un "escalier" entre les différents niveaux, comme sur le vrai vaisseau. Vers l’arrière, une très grande slope élargit la base de façon simple. A l’avant, il est sensé y avoir 3 tourelles de défense axiales. Ces briques et leur symétrique, ainsi quelques autres pièces les réprésentent très approximativement. Et encore, je suis gentil...

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

La colonne qui soutient la passerelle ne présente rien d’extraordinaire. Elle est modélisée en grande partie avec cette métapièce en forme de triangle. Au dos, des sabres lasers font leur apparition en tant que greebs. La forme de la passerelle est parfaite. Au contraire, je trouve que les détails à sa surface sont bien fades. Le centre de la facade avant est vraiment trop plat (voire creux ! :-(). Il aurait fallu des greebs qui donnent un peu plus de volume.

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Tout en haut de l’ISD il reste 2 éléments pour le moins importants : les générateurs de bouclier et le système de visée des rayons tracteurs. Globalement, ces 2 éléments sont bien reproduits. Les dômes sont constitués de 2 demi-sphères. Celle du haut a des aspérités, un peu comme une balle de golf. Dans les films, on voit bien les petites facettes. La demi sphère du bas utilise une pièce qui reproduit normalement un rocher. Il ya donc des petits cratères à sa surface. Alors, c’est sûr, ça ne saute pas aux yeux. Mais quand on s’approche un peu, ça fait bizarre ! Ces générateurs sont normalement soutenus par des petites baguettes. Vous vous doutez bien qu’on ne peux pas faire exactement la même chose en Lego. Des antennes ont donc été disposées tout autour. Cette solution est nettement préférable à la création d’une métapièce pour l’occassion. Entre les 2 générateurs, le système de visée des rayons tracteurs est très bien fait. On retrouve bien les 2 grandes lames horizontales reliées par un pylône étranglé en son centre.

Maintenant que l’on a vu la construction en détails, il y a un aspect général qui me chagrine un peu sur ce modèle. En fait, le montage suit le schéma suivant : on construit de gros ensembles que l’on joint les uns aux autres. Et malheureusement, les jointures sont souvent trop voyantes. On peut donner bien des exemples : au milieu sur toute la longueur, à la base de la tour (vers l’avant), tout le tour (le long des greebs et des réacteurs ; et encore, sur mon modèle, ça n’apparaît pas car j’ai monté la structure différement), et un peu sur la passerelle. C’est vrai que je pinaille (surtout que je ne vois pas comment ces jointures auraient pu être différentes), mais quand même...

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Pour finir, quelques mots sur le mini Rebel Blockade Runner. Il est digne des sets de la gamme mini Star Wars et pourrait même faire un set à part entière ! Visuellement, c’est du tout bon. Les parties qui le caractérisent sont là : 11 réacteurs, des sas latéraux, des côtés volumineux, une "tête" large et des petites touches de rouge foncé. Le socle transparent est nickel. On peut même s’amuser à le fixer dans le hangar en réutilisant les pièces du socle. Toutefois, ce RBR est aussi fragile que le monstre qui le surplombe... Cela s’explique par les fixations en SNOT avec un seul tenon. Par ailleurs, j’ai analysé un peu sa taille ici (calculs d’échelles).

Lego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star DestroyerLego Star Wars UCS 10030 Imperial Star Destroyer

Retour en haut de page

Cet ISD est majestueux. Il dégage une véritable impression de puissance (la Force ? ;-)). Mais les jointures perfectibles et la fragilité du croiseur gâchent pas mal la fête... A peine le déplace-t-on que des pièces se désolidarisent. Finalement, ce set est un vrai modèle de collection : on touche avec les yeux !

TechLUG a été créé pour regrouper la communauté des fans francophones de Lego Technic et Lego Star Wars. Sur le site, vous trouverez entre autres les reviews de bon nombre de modèles Technic. Avec les sets Ultimate Collector Series, le thème Star Wars est aussi très présent. Faites comme des centaines de passionnés, rejoignez-nous sur le forum pour partager votre passion !